Archive for the ‘Non classé’Category

EcoFolio Renouvelle son agrément : objectif 60 % de taux de recyclage à horizon 2018

Nouvel agrément pour EcoFolio pour la période 2013-2016 afin d’ atteindre l’objectif 60 % de taux de recyclage à horizon 2018.

Cliquez pour accéder au communiqué de presse du Ministère de l’Energie, de l’Ecologie et du Développement Durable.

Cet agrément renforce les conditions de recyclage, notamment via :

  • Un nouveau barème de soutien aux collectivités territoriales afin de faire passer le taux de recyclage de 47% à 60%.
  • Incitation à utiliser des papiers recyclés pour ainsi s’inscrire dans une démarche d’économie circulaire.

 

Par ailleurs, l’éco-organisme EcoFolio prévoit de traverser la France afin de faciliter les rencontres avec les collectivités locales et ainsi améliorer les performances du réseau et mettre en valeur les meilleures pratiques.

Les rencontres prévues sont :

– Strasbourg (Bas-Rhin), le 3 avril

– Rennes (Ille-et-Vilaine, le 18 avril

– Bordeaux (Gironde), le 15 mai

– Lille (Nord), le 30 mai

– Lyon (Rhône), le 4 juin

– Paris, le 12 juin

– Marseille (Bouches-du-Rhône), le 27 juin

02

04 2013

Entreprises : Deux aides pour réduire vos déchets

L’ADEME a lancé le 20 juin dernier deux appels à candidatures nationaux pour les entreprises :

1. Vos déchets vous coûtent plus que nous ne croyez !

  • L’ADEME offre à 15 entreprises témoins une analyse par un expert de leurs coûts grâce à une méthode de comptabilité normalisée en 2011 (ISO 14051). Cette méthode permettra à l’expert et l’entreprise de répartir pour chaque étape l’ensemble des coûts entre le produit et les déchets associés. L’entreprise pourra ainsi connaitre le vrai coût de ses déchets et la répartition globale de ses coûts entre le produit et les déchets. Cette analyse est l’opportunité pour l’entreprise d’identifier les leviers prioritaires de réduction des coûts mais aussi des déchets.

2. Réduire ou recycler ses déchets à la source : un investissement rentable ?

  • L’ADEME offre à 20 entreprises témoins qui investissent dans la réduction ou le recyclage à la source une analyse gratuite de la rentabilité de ses investissements par un expert. L’étude comporte une analyse prévisionnelle et, si l’entreprise souhaite investir, une analyse après fonctionnement. L’analyse permet ainsi à l’entreprise de prendre la décision d’investir ou non puis d’évaluer la rentabilité réelle de son équipement.

Pour les entreprises intéressées, il est possible de candidater à ces deux appels à candidatures jusqu’au 14 septembre 2012.

Plus d’infos ici

 

13

07 2012

Visite de l’usine du Bourray à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement

Le mardi 5 juin dernier à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, l’association a organisé la visite de l’usine du Bourray d’ArjowigginsGraphic.

Robert LABADI, Séverine ARNO-PONS et Valérie BONNEAU de Groupe SNI ont participé à cette escapade dans la Sarthe.

Voir les photos

La journée a commencé à 9h51 à la gare Montparnasse où nous nous sommes retrouvés pour un départ vers Le Mans. A 11h10 nous arrivons enfin à l’usine du Bourray, accueillis par Philippe LACOMBE, directeur commercial pour une présentation de l’usine, de son système de management environnemental, de sa gamme de papier.

Après un court mais sympathique repas au restaurant la Clé des Champs avec Norbert MICHAUD, directeur de l’usine, la fameuse vite peut commencer. Nous revêtons chacun notre gilet de sécurité jaune fluo et un casque audio afin de pouvoir entendre les commentaires du ‘guide’ au milieu de ces énormes machines bruyantes : c’est parti pour 1h30 de visite.

Nous commençons par la zone d’entreposage des déchets prêts à être recyclés ; papier de bureau, factures, livres, affiches, magazines, boites de médicaments, …

Nous voyons d’abord ces balles de papiers atterrir dans une grosse cuve  remplie d’eau,cette étape consiste à rompre les liaisons des fibres de cellulose et d’en séparer les principaux éléments polluants (plastiques, colles, …). La pâte passe ensuite dans une seconde cuve pour l’épuration cyclonique qui permet l’élimination des contaminants lourds par centrifugation et épuration cyclonique (Graviers, trombones, agrafes, …). Nous arrivons ensuite dans la partie beaucoup plus bruyante de l’usine. La pâte à papier passe par la cellule de désencrage (élimination des encres) par flottation (avec ajout de savon). Le principe fait que des bulles d’air transitent dans la pâte à papier dans lesquelles viennent se coller les particules d’encre en remontant à la surface. On élimine ensuite les contaminants fins. La pâte à papier passe finalement à travers plusieurs rouleaux tournant à toute vitesse pour l’  « épaississage », processus séparant l’eau des fibres par filtration et pressage.  Dernière étape,le traitement à chaud  consistant à la micronisation des particules d’encre.

Nous terminons la visite par la partie de l’usine où les bobines de papier sont emballées puis stockées avant envoi.

Une visite très instructive, et des jolies rencontres avec des passionnés.

 

15

06 2012

EcoFolio présente son nouveau barème éco-différencié pour 2013

Le 1er janvier 2013 l’éco-organisme EcoFolio mettra en place son nouveau barème éco-différencié, ce dernier remplacera le premier agrément qui a couvert la période 2007-2012.

Quels sont les changements attendus de ce nouvel agrément ?

Rappel : un barème destiné aux émetteurs de papier en application de La Responsabilité Elargie du Producteur (REP)

Depuis janvier 2007, les émetteurs de papiers ont  obligation de déclarer leur production d’imprimés et de contribuer financièrement au recyclage de leurs supports.

La REP a pour objectif la réduction des déchets, c’est un outil économique à portée environnementale. Ainsi, « l’internalisation des coûts liés à la gestion des déchets incite les émetteurs à éco-concevoir leurs produits et à optimiser le traitement des déchets qui en sont issus ».[1]

Pour rappel

Un nouveau dispositif éco-différencié : l’éco-conception récompensée

Un nouvel agrément a  été négocié pour les années 2013-2018 avec un objectif de recyclage des papiers de 55 à 60% à l’horizon 2018 contre seulement 43% aujourd’hui.

Le nouvel agrément évolue sur plusieurs points. Tout d’abord, l’éco-contribution devrait passer de 39 euros la tonne à 47 ou 49 euros la tonne. Ensuite, le barème ne prendra plus uniquement en compte les tonnages émis, mais également l’impact environnemental des papiers. Cet impact sera évalué grâce à deux facteurs :

  • La composition du papier, c’est-à-dire l’utilisation de fibres responsables (Ex: papiers labellisés FSC ou PEFC certifiant que les fibres vierges proviennent de forêts gérées durablement, papier labellisés APUR, Eugropa certifiant de l’utilisation d’au moins 50% de papiers recyclés, ou encore papiers labellisés sur le cycle de vie, …).
  • La facilité à recyclé le papier mis sur le marché: il s’agit ici de pénaliser l’utilisatino de substances pouvant perturber les opérations de recyclage, comme les encres, les colles, les éléments non fibreux et la teinte de la fibre.

Ce barème éco-différencié fonctionnera ainsi sous la forme d’un système du type bonus/malus.


[1]http://www.ecofolio.fr/emetteur/votre-responsabilite-environnementale/quest-ce-que-leco-contribution

18

05 2012

Prochain Petit-déjeuner du 25 mai 2012: « Publication Durable: Réconcilier beau et écolo? »

Le Vendredi 25 mai prochain de 9h à 12h, l’association 100% Recyclé, 100% Engagé organise son 9ème petit-déjeuner thématique.

« Publication Durable : Réconcilier beau et écolo ? » Les publications sont les vitrines de l’entreprise, elles se doivent d’être attractives et de qualité. Est-il possible aujourd’hui de respecter les exigences de l’image et l’engagement au service du développement durable tout au long du cycle de vie de l’imprimé ?

Pour répondre à cette question, nous avons convié un donneur d’ordre, un imprimeur et un papetier :

  • Virginie Coll, Responsable Développement Durable, Direction Achats Groupe, Crédit Agricole SA:

Le rôle du donneur d’ordre ; l’engagement Grenelle Papier du Crédit Agricole.

  • Benoit Moreau, Responsable Environnement Sécurité, Union Nationale de l’imprimerie et de la communication (UNIC) :

La contribution et les bonnes pratiques du secteur de l’imprimerie.

  • Gilles Lhermitte, Directeur Développement Durable, Arjowiggins :

Les papetiers, acteurs engagés dans le Développement Durable : l’exemple d’Arjowiggins.

Pour assister à notre petit-déjeuner, il vous suffit d’envoyer votre nom et prénom, votre entreprise, votre secteur d’activité et votre fonction par email à [email protected] jusqu’au 18 mai 2012.

Pour tout renseignement, contacter Laura BENZAQUIN au 01.53.67.36.52

14

05 2012

Des élections écolos ?

Ce dimanche 22 avril aura lieu le premier tour des élections présidentielles. Nous nous déplacerons dans les bureaux de vote afin de choisir les candidats que nous souhaitons voir au second tour. Nous pourrons à cette occasion méditer sur l’impact environnemental de cet acte citoyen.

Impressions : des campagnes gourmandes en papier

Les impressions comprennent les affiches collées dans toute la France et aux abords des bureaux de votes, les tracts, les livrets de propositions qui doivent être déposés dans toutes les boites aux lettres et les bulletins de vote. Un seul impératif aujourd’hui pour les candidats : que la déclaration de candidature envoyée à tous les inscrits des listes électorales soit imprimée sur du papier issu de forêts gérées durablement.

Et de fait, la planche à imprimer fonctionne[1]. 6 tonnes de papier pour la seule impression d’affiches des 10 candidats. Si on empilait l’ensemble des bulletins de votes édités, on atteindrait les 100 kilomètres, soit 300 Tours Eiffel.  Ceci ne constitue pas une exception française, les dernières élections tunisiennes accusent un bilan de 100 tonnes de papier[2]. S’il fallait compenser les seuls bulletins de vote et enveloppes des élections présidentielles françaises, la plantation de 50.000 arbres serait nécessaire.

Comment améliorer l’impact écologique des élections présidentielles : quelques idées

Les affiches, livrets de propositions ainsi que les bulletins de vote non utilisés peuvent servir de papier de brouillon par exemple, ou encore peuvent être recyclés comme le font nos voisins suisses[3].

Une autre idée serait de n’utiliser qu’un bulletin de vote sur lequel seraient compris tous les candidats, l’électeur n’aurait plus qu’à cocher son favori.

Enfin, les citoyens pourraient se voir offrir la possibilité de  recevoir les livrets et bulletins en version électronique.

Bulletins de vote

Affiches de "propagande"


[1] http://www.bl-evolution.com/?q=actualites

[2]  http://www.tuniscope.com/index.php/article/9587/actualites/tunisie/elctions-191414

[3]  http://www.papyrus.com/frCH/showArticle.htm?articleId=19300012

20

04 2012

Que faire de ses livres en fin de vie ?

Le recyclage devient presque une institution dans nos vies quotidiennes. Nos poubelles se sont multipliées à nos portes ; la verte pour les ordures ménagères, la jaune pour les plastiques, les emballages, les journaux et papiers, la blanche pour les verres, et parfois même, une poubelle dédiée aux papiers et journaux uniquement.Mais en ce qui concerne nos livres, que devons-nous faire pour nous en débarrasser ? Les mettre dans la poubelle verte ? Dans la jaune?Que deviennent nos vieux livres quand nous les mettons à la poubelle ? Comment pouvons-nous les recycler ?1. Mettre ses livres à la poubelle…Lorsque nos livres sont jetés dans nos poubelles vertes, ils sont généralement destinés à être incinérés et donc détruits. Pas très plaisante comme perspective, non ?Autre possibilité : le bac jaune, nos livres sont de plus en plus tolérés dans nos poubelles de recyclage (pensez néanmoins à vérifier les consignes données par votre collectivité en charge de la collecte des déchets). Ainsi, si vous habitez à Paris, et que vous consultez le mémo du tri mis à la disposition des habitants sur le site de la ville[1], on vous indiquera que les livres à couverture souple sont éligibles au tri sélectif. Pour les livres à couverture rigide, il faudra enlever la couverture, la déposer dans le bac vert, et seules les pages pourront être déposées dans le bac jaune. Dans ce cas, le papier collecté est recyclé. Il servira à fabriquer de la pâte à papier.Cependant, mettre à la poubelle nos vieux livres, même pour qu’ils soient recyclés, n’a rien d’enthousiasmant, on ne jette pas la culture sans amertume!Alors voici quelques façons de donner une seconde vie à vos ouvrages.2. … ou prolonger leur durée de vie.Si vous souhaitez contribuer à la réduction des déchets et sauver vos ouvrages d’une fin brutale, voici quelques idées :Donner ses livres à des associations ou des organismes:

       

  • Secours catholique

Recueille essentiellement des romans, livres d’histoires et biographies.Voir leur site 

       

  • Les orphelins apprentis d’Auteuil

Recueille des ouvrages dans un très grand nombre de domaines.Voir leur site 

       

  • Secours populaire

Fournit la liste des permanences régionales ou départementales susceptibles de recueillir des livres.Voir leur site 

       

  • OXFAM

Les bouquineries sont des points de dépôt et de vente. Elles offrent un accès à la culture à prix abordable et ouvre des espaces d’information sur la solidarité internationale et de mobilisation de proximité, au plus près des citoyens. Histoire, philosophie, arts, loisirs, jeunesse, romans, bandes-dessinées… Dans les rayons des Bouquineries, il y en a pour tous les goûts et tous les âges.Voir leur site 

       

  • ADIFLOR 

Recueille des ouvrages en langue française en très bon état dans tous les domaines, en priorité livres pour enfants, dictionnaires, grammaires, ouvrages documentaires.Voir leur site 

       

  • L’association Bibliothèque Sans Frontières

Récolte aussi les dons de livres pour favoriser l’accès au savoir et à la culture dans le monde en développement.Voir leur site 

       

  • Emmaüs

Vous pouvez déposer vos livres directement dans les boutiques EmmaüsVoir leur site 

       

  • EcoLivres

Entreprise d’économie sociale à but non lucratif qui œuvre dans la vente et le recyclage de livres, revues et disques usagés.Voir leur site 

       

  • Les Ressourceries®

Ressourcerie du 18èmeRessourcerie du 11ème Des sites de don existent également sur internet :

       

  • RecycLivre

Collecte gratuitement les livres des particuliers à leur domicile et propose également ce service aux entreprises.Voir leur site 

       

  • Circul livre

Echange gratuit entre lecteurs: consiste à mettre gracieusement des livres à la disposition des habitants en leur demandant seulement de les remettre à leur tour en circulation après lecture. Ils peuvent pour cela soit les abandonner dans un lieu public, soit les rapporter à un point de rencontre.Voir leur siteDes bourses aux livres sont régulièrement organisées dans les écoles.Pour les plus créatifs, voici d’autres idées autour de la valorisation artistique :

       

  • La bibliothèque suspendue au mur : Pourquoi ne pas recycler ces livres en en faisant justement une bibliothèque ? Il suffit de les coller les uns aux autres, en faire un plateau sur lequel on pourra déposer des objets et les fixer au mur sans autre forme de procès.
  •    

  • Un présentoir à carte : Il suffit de plier chaque feuille en deux toujours dans le même sens. C’est une idée pour y mettre ses cartes, ses factures ou encore les dessins des enfants.
  •    

  • Cultiver son jardin dans ses livres : Il suffit de prendre des graines de radis, un peu d’eau, et un livre qui servira de terreau. Cette approche est très originale en matière de recyclage de livres puisqu’ici le papier devient engrais pour faire pousser des plantes. (source: http://www.agirpourlaplanete.com/coup-de-coeur-ecolo/1383-le-manga-farming.html)

Illustration: Manga Farming

       

  • Créer une lampe, faire une horloge, en faire les pieds d’une table, ou encore un rangement à Ipod !

Pour plus d’info

Illustration: Bureau de référence de la TU Delft architecture bibliotheek aux Pays-Bas

Nous souhaitons donc une longue et une heureuse seconde vie à tous vos ouvrages.


[1]http://www.paris.fr/pratique/ordures-menageres-tri/comment-trier/p8584

 

13

04 2012

Semaine du développement durable: Petit-déjeuner autour du papier recyclé chez Lagardère

La semaine du développement durable a ensuite continué dans les locaux de Lagardère ce lundi 2 avril 2012. Engagés dans la promotion de pratiques papier responsables, Isabelle Juppe et Jean-Sébastien Guillou ont organisé un  café papier afin de fédérer et sensibiliser les équipes autour de cette thématique. Autour  de ses kakemonos  et ses deux bornes cartons illustrant les étapes de fabrication du papier recyclé, l’association a pu accompagner les participants tout au long de l’exposition et répondre aux questions des collaborateurs rapidement passionnés par le sujet.

Les collaborateurs se sont montrés très accueillants, réceptifs, et curieux quant aux sujets du papier recyclé, du recyclage et des déchets.

En bref, une matinée chez Lagardère sur le thème du papier réussie.

Cliquez ici pour voir les photos

05

04 2012

Semaine du développement durable: les rencontres nationales des étudiants pour le développement durable

Pour l’association 100% Recyclé, 100% Engagé, la semaine du développement durable a commencé dès ce samedi 31 Mars à Chatenay-Malabry à l’occasion des rencontres nationales des étudiants pour le développement durable.

Ces rencontres nationales, lieu d’échange, de partage, d’apprentissage et d’innovation, avaient pour but de rassembler et fédérer des associations et des étudiants autour du thème du développement durable.

A cette occasion, l’association  a présenté son exposition itinérante accompagnée de ses deux coordinatrices, chaudement accueillie par des étudiants particulièrement réceptifs.

Cliquer ici pour voir les photos

05

04 2012

Peut-on minimiser son impact environnemental au bureau grâce au papier ?

La dématérialisation a le vent en poupe, les yeux rivés à notre consommation de papier, il s’agit d’imprimer le moins possible en optimisant les possibilités offertes par les TIC (technologies de l’information et de la communication). Et pourtant, savez-vous que vous émettez du CO2 rien qu’en envoyant un mail, en faisant une recherche Web ou dès que vous utilisez une clé USB ?

C’est ce que révèle une récente étude de l’ADEME[1].

A travers des analyses de cycle de vie de courriers électronique, de requêtes web et de clés USB, l’ADEME a cherché à mesurer l’impact environnemental de ces activités durant les phases de fabrication, d’usage et de fin de vie des équipements. Les résultats de cette étude constituent une aide décisionnelle afin d’opter pour les meilleures pratiques.

Mail, recherche web et clé USB : un impact environnemental non négligeable

Les TIC constituent 2% des émissions européennes de gaz à effet de serre, et ce chiffre risque de doubler d’ici 2020 (selon un rapport de Bio intelligence services[2]). Rien d’étonnant si l’on se réfère aux chiffres ci-après:

Pour chaque Email, il faut compter environ 20 grammes équivalent CO2. Cette quantification représente le poids de la fabrication des ordinateurs, la consommation d’énergie pour : l’envoi du message et sa lecture, le stockage des données dans les data centers.

L’impact augmente en fonction de la taille et du poids du mail et du nombre de destinataires. Ceci, sans parler de la pièce-jointe qui alourdit le bilan de l’email si on l’imprime.

Une recherche web émet quant à elle en moyenne 10 grammes équivalent CO2 (temps passé devant l’ordinateur, stockage de données indexées par le moteur de recherche).

Pour la Clé USB, ce qui pèse le plus lourd dans son bilan environnemental c’est sa fabrication. Par ailleurs, le matériau de la clé, qu’il soit de l’aluminium, du PVC ou du bambou, joue très peu sur son impact environnemental.

Enfin,  le temps d’utilisation et de lecture des documents impactent aussi les émissions CO2.

Notons que le développement des TIC n’a pour autant pas eu d’impact sur notre consommation de papier, restée stable.

Arbitrer entre TIC et impression papier : quelques conseils

Il y a quelques règles à connaître pour limiter ses émissions de CO:

  • N’imprimer une pièce-jointe ou un document uniquement si le temps de lecture par page est supérieur à 3 minutes.
  • Imprimer en recto verso, 2 pages par feuille, et en noir et blanc.
  • Ne pas faire double emploi en imprimant le document et en laissant l’ordinateur allumé pendant la lecture.

 


[1] « Analyses de Cycles de Vies des Technologies – Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux ? » du 7/7/2011 http://www2.ademe.fr/servlet/getDoc?cid=96&m=3&id=78008&ref=24691&p1=B

19

03 2012