Hommage au papier

Je lis depuis quelque temps les aléas des employés de la papeterie White Birch et cela me fait beaucoup réfléchir à notre façon de vivre avec Internet. Je vois que cela finira par anéantir des commerces et des industries qui sont alimentés par ces papeteries; le processus est déjà commencé, d’ailleurs!

 

Vous me traiterez sûrement de dinosaure car je suis abonnée au journal Le Soleil (version papier), que je lis bien confortablement et tranquillement, les coudes sur la table en déjeunant, au lieu d’avoir le nez en l’air en regardant un écran. J’utilise encore les bons vieux chèques pour payer mes factures, j’achète des timbres et dépose tout ça dans une boite aux lettres devant la franchise postale près de chez moi.

 

Donc, je fais travailler les gens des industries papetières, les camelots, les imprimeurs qui font les chèques, les factures, les enveloppes et j’encourage la main qui me nourrit; je suis retraitée de Postes Canada! J’oublie certainement des intervenants qui se cachent derrière les papiers qui entrent dans nos vies et je n’ai même pas parlé des auteurs et leurs oeuvres qui nous font passer tant d’agréables heures. C’est beaucoup de monde qui travaille autour de cette industrie pour gagner leur vie; il ne faudrait pas l’oublier.

On me demande souvent de recevoir mes comptes par Internet, mais je résiste encore; je préfère encourager tous les gens qui sont concernés par mes factures et lectures. Suis-je une rareté à penser ainsi?

 

Ne vous méprenez pas, j’adore les forêts, les arbres, la nature et je fais aussi beaucoup de recyclage et la majorité de mon bac bleu, c’est du papier que je retourne pour qu’il soit réutilisé. Je ne veux pas partir un débat écologique mais seulement faire prendre conscience qu’en bout de ligne, on détruit le gagne-pain de beaucoup de gens. L’industrie de l’Internet n’emploie pas autant de gens.

 

(Noëlla Lavigueur

Québec pour Kiosque Le Soleil)

About The Author

Baptiste

Other posts by

Author his web site

18

01 2012

Comments are closed.