Peut-on minimiser son impact environnemental au bureau grâce au papier ?

La dématérialisation a le vent en poupe, les yeux rivés à notre consommation de papier, il s’agit d’imprimer le moins possible en optimisant les possibilités offertes par les TIC (technologies de l’information et de la communication). Et pourtant, savez-vous que vous émettez du CO2 rien qu’en envoyant un mail, en faisant une recherche Web ou dès que vous utilisez une clé USB ?

C’est ce que révèle une récente étude de l’ADEME[1].

A travers des analyses de cycle de vie de courriers électronique, de requêtes web et de clés USB, l’ADEME a cherché à mesurer l’impact environnemental de ces activités durant les phases de fabrication, d’usage et de fin de vie des équipements. Les résultats de cette étude constituent une aide décisionnelle afin d’opter pour les meilleures pratiques.

Mail, recherche web et clé USB : un impact environnemental non négligeable

Les TIC constituent 2% des émissions européennes de gaz à effet de serre, et ce chiffre risque de doubler d’ici 2020 (selon un rapport de Bio intelligence services[2]). Rien d’étonnant si l’on se réfère aux chiffres ci-après:

Pour chaque Email, il faut compter environ 20 grammes équivalent CO2. Cette quantification représente le poids de la fabrication des ordinateurs, la consommation d’énergie pour : l’envoi du message et sa lecture, le stockage des données dans les data centers.

L’impact augmente en fonction de la taille et du poids du mail et du nombre de destinataires. Ceci, sans parler de la pièce-jointe qui alourdit le bilan de l’email si on l’imprime.

Une recherche web émet quant à elle en moyenne 10 grammes équivalent CO2 (temps passé devant l’ordinateur, stockage de données indexées par le moteur de recherche).

Pour la Clé USB, ce qui pèse le plus lourd dans son bilan environnemental c’est sa fabrication. Par ailleurs, le matériau de la clé, qu’il soit de l’aluminium, du PVC ou du bambou, joue très peu sur son impact environnemental.

Enfin,  le temps d’utilisation et de lecture des documents impactent aussi les émissions CO2.

Notons que le développement des TIC n’a pour autant pas eu d’impact sur notre consommation de papier, restée stable.

Arbitrer entre TIC et impression papier : quelques conseils

Il y a quelques règles à connaître pour limiter ses émissions de CO:

  • N’imprimer une pièce-jointe ou un document uniquement si le temps de lecture par page est supérieur à 3 minutes.
  • Imprimer en recto verso, 2 pages par feuille, et en noir et blanc.
  • Ne pas faire double emploi en imprimant le document et en laissant l’ordinateur allumé pendant la lecture.

 


[1] « Analyses de Cycles de Vies des Technologies – Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux ? » du 7/7/2011 http://www2.ademe.fr/servlet/getDoc?cid=96&m=3&id=78008&ref=24691&p1=B

About The Author

Baptiste

Other posts by

Author his web site

19

03 2012

Comments are closed.