Déchets papiers et entreprises Les entreprises de plus en plus soucieuses des labels environnementaux !

Désireuse de sensibiliser ses adhérents à la communication environnementale, l’association 100 % Recyclé, 100 % Engagé a organisé le vendredi 19 octobre 2012, son traditionnel petit déjeuner trimestriel, cette fois-ci dédié à la lutte contre le Greenwashing.

Bâtir une démarche d’éco-exemplarité : un challenge pour les PME

La communication environnementale a ses propres codes. Y déroger sciemment ou par méconnaissance des règles, c’est non seulement prendre un risque d’entacher sa réputation mais c’est aussi s’exposer aux avis critiques de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP).Tout l’enjeu du petit-déjeuner était donc d’apprendre à appliquer les règles de l’art. Pour animer cette réflexion, l’association a invité trois experts de renom.

Valérie MARTIN, responsable du service Information et Communication de l’ADEME s’est appuyée sur le nouveau guide « Anti Greenwashing » de l’ADEME pour mettre en relief les bons comportements à adopter lorsqu’une entreprise choisie de réaliser une campagne de publicité sur le thème du « green ». A ce titre, l’ADEME a développé pour les PME, les annonceurs et les agences, un outil d’auto diagnostic destiné à les aider à construire une démarche de communication environnementale sans Greenwashing.

Bras armé de la lutte contre l’éco-blanchiment, le choix des bons labels pour imprimer ses supports de communication est la deuxième priorité d’une communication environnementale réussie. Pour conseiller les entreprises dans leur démarche, l’AFNOR, représentée par Murielle GAUVAIN, chef de produit écolabels.

A ce jour, seuls deux labels délivrés en France répondent aux caractéristiques attendues (niveau d’exigence élevé en termes de limitation des impacts des produits sur l’environnement à efficacité équivalente) : l’écolabel européen et la marque NF Environnement selon la norme ISO 14024. Pour le secteur du papier, les écolabels sont en pleine mutation (nouveaux cahiers des charges, nouveaux produits couverts comme les papiers journaux et les papiers imprimés).

Enfin, pour faire le point sur un label opérationnel, Frédéric PETIT, secrétaire général de Forest Stewardship Council (FSC) a présenté le label FSC. Son objectif : promouvoir la gestion responsable des forêts mondiales, c’est-à-dire une « gestion écologiquement appropriée, socialement bénéfique et économiquement viable, pour les générations actuelles et futures ».

Ses exigences (Certification des forêts et Certification de la chaîne de transformation par un auditeur indépendant nécessaires pour obtenir la labellisation du produit) expliquent que FSC soit aujourd’hui moins  développé que les autres certifications autour du papier.

About The Author

Baptiste

Other posts by

Author his web site

13

11 2012

Comments are closed.